Nos Ex Sexy

Nos ex-copines amatrices nues sexy et salopes en photos et vidéos à voir sur notre site de sexe amateur gratuit nos-ex-sexy.net.

Photo sexy & annonce mise dans : Blonde Salope


Femme célibataire dans le secteur du X !

Femme célibataire dans le secteur du X
Le secteur du X est très lucratif et attire beaucoup de businessmans. Mettre les fantasmes des consommateurs en scène n’est du tout facile, mais les producteurs y arrivent. En effet, il faut penser à plusieurs choses à la fois : engager les meilleurs acteurs, choisir les lieux de tournage ainsi que les scénarios. Produire un bon porno Français n’est pas une chose aisée, il faut dépenser des centaines des milliers d’euros pour avoir un bon résultat. Les réalisateurs ont une bonne dose de personnalité pour dépasser les divers préjugés de la société.

Un zoom sur la production du porno Français

Le budget est une chose à ne pas négliger dans la production des films porno. Cela dépend de la durée du film, des acteurs stars ou débutants, des positions adoptées –la position anale demande beaucoup plus d’investissements- et du lieu de tournage. Les actrices sont payées de 500 à 2 500€ par séance et les acteurs sont payés la moitié. En matière de porno francais, les hommes sont payés la moitié de ce qu’on paie aux filles parce que la plupart des consommateurs viennent admirer les beaux visages et les belles allures des actrices. Pour tourner un bon film porno, il faut un budget aux alentours de 100 000€.

Comment recruter les collaborateurs ?

Ce métier n’est pas différent des autres. De ce fait, le recrutement nécessite quelques démarches. Tout le monde n’entre pas dans ce business puisque la volonté et la beauté ne suffisent pas pour y entrer. Il faut maîtriser le milieu et les envies des consommateurs. L’industrie recrute leurs modèles dans les agences spécialisées et via bouche-à-oreille. L’embauche des acteurs ne se fait pas par hasard, les réalisateurs doivent tester les modèles pour valider leurs compétences. Cet univers n’est donc pas si différent que ça en a l’air.